L’épidémie de stress : comment faire face à l’épuisement professionnel sur le lieu de travail

L’épidémie de stress : comment faire face à l’épuisement professionnel sur le lieu de travail

evite lepuisement

Souvent décrit comme le syndrome du sur-performant, l’épuisement professionnel a été surnommé l’épidémie de santé du siècle. Alors qu’il est traditionnellement à la traîne en matière de santé mentale sur le lieu de travail, elle se rend maintenant compte de ce que cela coûte aux individus et aux entreprises.

L’épuisement professionnel est également répandu dans la communauté des expatriés au monde, une population particulièrement orientée vers le travail et souvent confrontée au défi supplémentaire de ne pas disposer d’un réseau de soutien adéquat.

Bien que l’épuisement professionnel puisse être difficile à définir et à diagnostiquer, il est généralement reconnu comme étant un stress chronique qui entraîne l’épuisement et la dépression physique et mentale, souvent accompagnés d’une aliénation par rapport aux activités professionnelles et d’un rendement réduit.

L’épuisement professionnel est reconnu par les ministères de la Santé comme une maladie liée au travail et a donné lieu à une série d’initiatives de prévention. Il incombe maintenant aux employeurs de reconnaître le risque d’épuisement professionnel et de prendre des mesures pour le combattre, et un nouveau système de signalement a été mis en place pour permettre aux employés de signaler plus facilement les problèmes qui pourraient mener à un épuisement professionnel complet.

Améliorer les services

La récente proclamation des droits sociaux est l’occasion d’améliorer les services qui contribueront à prévenir les maladies mentales, à promouvoir le bien-être de millions de personnes et à soutenir les personnes souffrant de maladies mentales et de handicaps psychosociaux, dit-elle.

Le groupe de coordination, qui représente des organisations et des individus, fait pression sur le Parlement sur une série de questions de santé mentale et de droits de l’homme. Après une série d’événements de la Journée mondiale de la santé mentale au Parlement cet automne, elle a lancé une infographie sur la santé mentale au travail. S’appuyant sur un certain nombre de sources internationales, il montre que le stress lié au travail est le deuxième problème de santé lié au travail le plus souvent signalé et est devenu l’une des principales causes d’absentéisme et de retraite anticipé. Il indique que 79% des cadres sont préoccupés par le stress sur leur lieu de travail, mais que moins de 30% des lieux de travail ont mis en place des procédures pour y faire face.

Les salariés ont mis en évidence de nombreux facteurs à l’origine du stress, notamment des charges de travail ingérables, des attentes irréalistes, l’ambiguïté quant à leur rôle, une faible satisfaction au travail et des réalisations personnelles, un manque de reconnaissance, un équilibre travail-vie privée malsain et le harcèlement au travail.

Plus de tabou

La campagne promeut la santé positive en milieu de travail en encourageant les patrons à promouvoir la santé mentale positive, en créant une culture d’ouverture qui empêche la santé mentale d’être un sujet tabou. Il met l’accent sur les attitudes des gestionnaires comme étant le facteur le plus important pour assurer un milieu de travail positif qui respecte l’individu, encourage les sentiments d’équité et de justice et l’équilibre entre le travail et la vie personnelle, et prête attention aux relations interpersonnelles.

Les programmes de santé mentale peu coûteux sur le lieu de travail sont rentables. La santé mentale au travail devrait être abordée dans une perspective de santé publique : une santé mentale positive profitera aux employés, aux employeurs et à la société dans son ensemble. Il faut faire prendre conscience de l’importance de la question : nous avons tous la santé mentale, y compris au travail.

La mobilité professionnelle accrue et les nouveaux médias sont quelques-unes des raisons pour lesquelles l’épuisement professionnel est devenu fréquent. Même pour les gens qui accueillent favorablement le changement, un nouvel emploi est stressant. Les téléphones intelligents, les ordinateurs portables, le fait que nous sommes censés être joignables 24 heures sur 24, tout cela signifie que notre système ne peut jamais s’éteindre.

Un cofondateur de cliniques de gestion du stress, travaille au renforcement de la résilience des entreprises et des individus, et il reconnaît que les lois ne vont pas assez loin. Un nouveau code sur le bien-être des employés prévoit des audits psychosociaux pour les personnes sensibles au stress au travail. Si vous demandez beaucoup aux gens de travailler, vous devez leur donner les moyens de le faire, alors nous essayons de sensibiliser les gestionnaires au fait qu’ils ne font pas continuellement pression sur les employés.

La nouvelle classification de l’épuisement professionnel a eu un avantage supplémentaire. Les employeurs qui s’inquiétaient autrefois d’embaucher quelqu’un qui en avait souffert trouvent maintenant qu’une personne qui a vécu un stress chronique est beaucoup plus solide et peut être un élément positif dans une équipe. Ils sont plus efficaces et connaissent des choses comme l’établissement de limites personnelles.

Équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Un psychologue clinicienne, a une expérience similaire des questions liées au lieu de travail et traite régulièrement des personnes souffrant d’épuisement professionnel en tant que thérapeute au Service d’aide communautaire, un service de santé mentale et une assistance téléphonique pour la communauté internationale, ainsi que des cabinets privée. Elle identifie de jeunes et ambitieux professionnels de l’expatriation comme des victimes classiques de l’épuisement professionnel. Ils mettent tout dans leur travail et comme ils viennent d’un autre pays, ils n’ont pas encore de cercle social, ce qui rend plus difficile le maintien de cet important équilibre travail-vie privée. Je pense qu’il y a beaucoup de carrières où les gens pensent qu’ils devraient être disponibles 24 heures sur 24.

Il est plus acceptable sur le plan social d’admettre qu’on est épuisé que de faire une dépression ou une dépression nerveuse. Il y a aussi des facteurs sous-jacents à la condition. Il est courant d’avoir des relations malsaines au travail ou une relation qui a provoqué le souvenir d’une relation problématique, dit-elle.

Les facteurs de personnalité comprennent l’anxiété, qui tend à vous rendre plus perfectionniste, plus travailleur et plus ambitieux. Avoir de la difficulté à exprimer votre inconfort et votre goût d’être en contrôle vous prédispose au surmenage, ce qui fait que votre monde entier est faussé car toute votre énergie est concentrée au même endroit. Si le travail est problématique et que vous ne pouvez pas trouver de satisfaction dans une autre personne ou dans une autre relation pour aider à contrebalancer cela, tout ce que vous obtenez est le renforcement de votre identité de travail.

Bien qu’il y ait une possibilité d’épuisement professionnel dans tous les emplois et à tous les niveaux de responsabilité, cela se produit habituellement lorsque vous n’avez pas le sentiment d’avoir le contrôle. Cela aide quand on a l’impression de pouvoir prendre des décisions par soi-même, de décider de ses propres projets “les gestionnaires sont plus susceptibles lorsqu’ils doivent faire rapport à quelqu’un d’autre ou lorsqu’ils ont de la difficulté à gérer leur équipe. ” dit un chercheur, J’ai vu beaucoup de gens s’épuiser si leur autorité n’est pas respectée, s’ils ne sentent pas qu’ils peuvent faire avancer leur personnel dans la bonne direction, s’ils prennent leur travail au sérieux et veulent faire une différence, dit-il.

Apprendre à marcher à nouveau

Bien que certains cas soient moins graves, la convalescence après un épuisement professionnel peut être longue. Certaines personnes peuvent s’en remettre assez rapidement, mais d’autres peuvent avoir besoin d’au moins un an, surtout si elles ont ignoré leurs propres messages internes selon lesquels les choses vont mal. Le rétablissement peut être dévastateur et, d’un point de vue psychologique, c’est presque comme apprendre à marcher de nouveau.

Il y a des implications plus larges pour les familles d’expatriés. “Nous traitons les enfants, les adultes et les familles. Avec les enfants, nous voyons beaucoup de colère d’être émus et de quitter des amis. Ils ressentent de la tension et du stress dans la famille même s’ils ne s’expriment pas verbalement, ce qui peut être une surprise pour les parents et difficile pour eux de savoir comment y faire face.

Il a été lent à reconnaître la psychothérapie en tant que profession et l’importance de soutenir les gens sur le lieu de travail, reflétant le parti pris national de ne pas parler des problèmes, il a un changement d’attitude. C’est peut-être un mouvement de balancier, mais nous voyons de plus en plus de personnes prennent un congé parental et travailler moins d’heures. Les millénaires, en particulier, remettent en question l’éthique de travail de la génération plus âgée et s’intéressent davantage aux valeurs traditionnelles et au retour à la nature, d’où un certain optimisme pour l’avenir.

N’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel. Parfois, le fait de faire face seul au burnout ne fait qu’empirer les choses. Un professionnel est à même de vous accompagner et vous orienter vers les solutions qui vous conviennent le mieux. Vous pouvez nous appeler à tout moment pour prendre rendez-vous auprès du professionnel de votre choix.