Le burnout chez les athlètes : conseils de prévention

Le burnout chez les athlètes : conseils de prévention

burnout sport

Le burnout des sportifs, ou syndrome de surentraînement, peut être compliqué à déterminer ou à déceler pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, toute personne qui s’adonne à un entraînement physique sérieux et intensif est exposé à la fatigue et à l’épuisement. Deuxièmement, les problèmes médicaux et psychologiques, tels qu’un faible taux de fer ou même une dépression majeure, peuvent également être des raisons de fatigue et d’épuisement. Les symptômes du burnout peuvent être douloureux et affecter votre performance et votre santé en général. Les conseils pour l’éviter, dont il est question dans cet article, vous aideront à rester en pleine forme.

Les symptômes du burnout des sportifs

Le terme de burnout est souvent utilisé pour décrire le fait d’être au bout du rouleau ou d’avoir un sentiment de fatigue extrême lié à l’entraînement. Mais le burnout peut être un véritable syndrome lorsque les athlètes se sentent peu ou pas du tout motivés et éprouvent un sentiment d’épuisement mental et physique. Parfois on utilise le terme « surentraînement » pour désigner ce syndrome. Lorsque de tels sentiments se manifestent, ne les ignorez pas mais agissez !

Parmi les facteurs associés au burnout chez les athlètes, mentionnons un entraînement extrêmement qui dépasse les capacités de résistance et d’endurance du sportif, une augmentation du stress émotionnel et un temps de récupération insuffisant.

Les symptômes du surentraînement chez les athlètes peuvent être très variés :

  • Difficultés en matière de mouvement et de rythme ;
  • Difficultés à accomplir les exercices de base ;
  • Diminution de la force, de la vitesse et de l’endurance ;
  • Fatigue causée par les programmes d’entraînement usuels ;
  • Diminution des qualités concurrentielles ;
  • Besoin d’un temps de récupération plus long ;
  • Grande difficulté à compléter les séances d’entraînement ;
  • Augmentation de la fréquence cardiaque au repos ;
  • Fatigue mentale ou brouillard mental ;
  • Sensation d’irritation ;
  • Perception négative des remarques reçues ;
  • sautes d’humeur accompagnées de dépression ;
  • Anxiété ;
  • Troubles du sommeil.

Il est important d’aborder les aspects du stress qui peuvent contribuer à l’épuisement professionnel. Il peut s’agir d’horaires d’entraînement ou d’aspects de la vie personnelle. Il peut également être essentiel de consulter un médecin du sport et d’obtenir une consultation pour des problèmes immunitaires ou d’autres sources biologiques de fatigue, comme un faible taux de vitamine D. Ces informations peuvent aider à concevoir un plan de rétablissement solide et complet.

De plus, parler à un psychologue du sport peut être utile. Parmi les questions typiques qui pourraient être abordées, mentionnons les problèmes d’humeur, les préoccupations liées à l’interruption de l’entraînement ou d’un sport et les changements à apporter au mode de vie.

En général, un bon plan de rétablissement à la suite d’un véritable burnout peut entraîner une réduction de la charge d’entraînement. La résolution de tout problème médical et un moyen de réduire le stress émotionnel et physique global. Il peut également y avoir des restrictions en matière de participation à des compétitions et un plan de repos et de remise à zéro.

Nos cinq conseils pour éviter le burnout

Voici quelques suggestions très simples pour éviter l’épuisement professionnel. Beaucoup d’entre vous les connaissent, mais il est toujours bon de s’en souvenir. Voici comment prévenir les symptômes d’épuisement professionnel :

1. Concevoir un plan

Utilisez un plan d’entraînement conçu par votre entraîneur ou un autre expert en conditionnement physique. Ces professionnels s’assureront que le programme comporte des cycles adéquats de récupération et d’entraînement. Ce plan devrait comporter des mesures de progrès et être conçu de manière progressive et sûre afin de prévenir les lésions dues à un entrainement excessif.

Un bon plan d’entraînement doit aussi inclure des routines d’entraînement différentes et équilibrées. Par exemple, au lieu de courir de longues distances pendant cinq jours consécutifs, vous pouvez inclure des courses de courte durée, des exercices de musculation et des exercices de vitesse. Ce type d’entraînement offre de la variété et diminue la sur-utilisation de certains groupes musculaires.

2. Hydratation

Buvez assez d’eau. L’eau alimente et assure le bon fonctionnement de nombreux organes vitaux. Elle favorise également la guérison des tissus et des muscles, et aide à réduire la sensation de léthargie. L’hydratation joue également un rôle dans la prévention des maladies.

Malheureusement, c’est l’une des erreurs les plus courantes, puisque de nombreux athlètes ignorent ce conseil et négligent l’importance de l’eau. Évidemment, il faut s’hydrater en buvant la quantité d’eau nécessaire au moment opportun. En effet, beaucoup d’athlètes boivent plus qu’il en faut d’eau, qui plus est au mauvais moment. Une hydratation saine aide à la récupération musculaire et tissulaire.

3. Repos, récupération et sommeil

Les jours de repos sont aussi importants que les jours d’entraînement. Beaucoup d’athlètes commettent l’erreur de se surentraîner et de ne pas suivre un plan d’entraînement adéquat et équilibré. Or les jours de repos ne sont pas négociables puisqu’ils sont extrêmement vitaux dans tout programme de formation sérieux. Un repos et une récupération suffisants aident le corps à guérir et à récupérer des séances d’entraînement intenses. Il donne aussi à l’organisme le moyen d’obtenir des gains conséquents en matière de masse musculaire.

De plus, il est impératif de bien dormir. Un sommeil suffisant aide à rajeunir votre esprit et votre corps en général. Encore une fois, les muscles en ont autant besoin que votre esprit. Le sommeil fait partie de ce processus global et parfois les jours de repos peuvent aider à améliorer le sommeil.

4. Entrainement croisé

L’entraînement croisé vous permet de développer non seulement votre force musculaire, mais aussi votre endurance cardiovasculaire tout en donnant à vos articulations et vos muscles le temps de récupérer. Par exemple, des activités comme la natation et le cyclisme exercent plus de pression sur le système cardiovasculaire, tandis que la musculation ou des exercices courts et intenses aident à entraîner différents aspects du corps et du système musculaire.

De plus, il est préférable pour les athlètes de réserver leur discipline sportive à sa seule saison et de participer à d’autres activités en dehors de la saison. Beaucoup d’athlètes pensent qu’ils n’ont besoin de se concentrer que sur un seul sport pour atteindre le niveau élite, mais en réalité, les athlètes multi sports ont plus de chance d’atteindre de hauts niveaux de performance et de professionnalisme.

Pratiquer de nouvelles activités telles que le yoga, les étirements ou la méthode Pilates sont à recommander pour rompre l’ennui ou la monotonie. De cette façon, vous restez engagé émotionnellement et mentalement.

5. Nutrition

Votre corps est une sorte de machine qui, comme toute autre machine, besoin d’être alimentée énergie.

Les aliments riches en nutriments tels que les fruits et légumes, les grains entiers et les protéines maigres sont parmi les meilleurs carburants pour votre corps. D’autre part, un régime alimentaire composé uniquement de malbouffe ne vous aidera pas à obtenir des résultats à long terme. De plus, le réapprovisionnement en énergie et le fait de prendre des collations appropriées et d’ajouter les calories nécessaires à des moments stratégiques vous aideront à éviter les blessures, la fatigue et le burnout.

Si vous souhaitez consulter un professionnel qui saura vous accompagner et vous aider à vous sortir de votre burn-out, alors n’hésitez surtout pas à nous appeler ou remplir le formulaire.